mardi 24 février 2009

NOUVELLE COLLECTION "Ceux qui marchent contre le vent" et NOUVELLES PARUTIONS







Indigène lance, ce mois de mars, une nouvelle collection : "CEUX QUI MARCHENT CONTRE LE VENT" (dont le nom s'inspire de celui des Omahas, un peuple indien des plaines d'Amérique du Nord, voisin des Sioux). De petits livres incisifs, militants, à 3 euros, de 24 à 32 pages maximum, et qui entendent favoriser, une révolution des consciences. Une révolution dont l'art est, et sera, le plus fidèle soutien : tous les titres bénéficieront d'une contribution d'un artiste contemporain qui créera une oeuvre en résonance avec le thème du livre. Chaque titre fera ainsi l'objet d'une édition "collector" : 50 à 100 exemplaires séparés vendus au prix moyen de 30 €, numérotés de la main de l'éditeur, portant la signature de l'auteur et accompagnés d'un tirage de l'oeuvre originale signée par l'artiste

Nous inaugurons la collection avec un titre de l'écrivain anglais John Berger, "Dans l'entre-temps, Réflexions sur le fascisme économique" (en librairie le 25 mars 2009).

Le prochain titre paraîtra en mai : "Je suis prof et je désobéis" de Bastien Cazals.

Puis, à la rentrée 2009 : "L'Art de vivre au maximum avec le minimum" de J.-R. Geyer ; "La Constitution déchirée" par Stéphane Beaumond.

Nous publions aussi ce mois de mars :

1. Le catalogue de l'exposition Bernard Buffet qui se tiendra du 12 mars au 14 juin 2009 au Centre de la Vieille Charité à Marseille. Pour la première fois, à l'occasion du dixième anniversaire de sa mort, un grand musée français accueille une exposition monographique de l’œuvre de ce peintre, mal aimé parce que mal connu. Grâce à l’obstination de son seul et unique marchand, Maurice Garnier, des œuvres pour la plupart jamais montrées en France seront révélées au public. On découvrira que, bien au-delà des années cinquante considérées comme les meilleures années du peintre, les décennies suivantes recèlent de véritables chefs d’œuvre. Tant dans sa stratégie de communication que dans son hyperproduction et la création d’un style qui parfois relève de la bande dessinée – quinze ou vingt ans avant la figuration
libre –, Buffet fut un précurseur dans bien des domaines, mais qu’il eut à souffrir d’une véritable conspiration du silence

L’auteur : Henry Périer, titulaire d’un doctorat d’histoire de l’art, biographe de Pierre Restany – le pape de la critique d’art au XXe siècle –, a assuré, entre autres, le commissariat de l’exposition Chine, Le Corps partout sur l’art contemporain chinois au MAC de Marseille, en 2004. Il a par ailleurs organisé de nombreux événements artistiques en France et à l’étranger.

4 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'apprécie beaucoup votre travail et l'esprit dans lequel il s'inscrit.
    J'écris quelques textes de temps à autre sur les injustices en Afrique et dans le monde, la dualité Nord/Sud et ses conséquences. Les écrits sont généralement engagés et imprégnés de justice divine.
    Je souhaiterai savoir si vous seriez intéressés de les lire en vue de leur publication.

    RépondreSupprimer
  2. Après le grand succès d’ HESSEL, il vient de sortir un petit livre, aux mêmes éditions Indigènes, dans la même collection : Ceux qui luttent contre le vent, et cette fois-ci d'une inconnue : LA PRISON RUINÉE par BRIGITTE BRAMI: 40 pages pour 3 euros .
    Sylvie Crossman : Brigitte Brami, 46 ans, a passé cinq mois à la maison d’ arrêt des femmes à Fleury-Mérogis. Elle en rapporte ce petit chef d ouvre de pensée et d’ écriture, à contre-courant de tout ce qui s écrit et se dit sur la prison aujourd'hui’ hui, où la littérature retrouve sa force de vérité et d engagement.
    Jef TOMBEUR : C’est un texte littéraire, vous dis-je, subjectif. D’autant plus précieux, peut-être.

    RépondreSupprimer
  3. Sylvie Crossman, l'éditrice d'Indigène Editions est encore sous le choc de ce livre absolument superbe d’un tel niveau littéraire. : La Prison ruinée, de Brigitte Brami; décapant et incisif, est le véritable coups de foudre et de coeur de la maison - exgigeante donc pourtant habituée à la beauté de la langue de ses auteurs - un petit bijou littéraire comme on en n'ose plus en rêver...
    Certains parlent avec vérité : d'une Jean Genet au féminin, Brigitte Brami est en tout les cas digne sans exagération aucune d'être sa petite frangine !
    Même format, même collection, mêmes éditions et même modique somme : un demi paquet de clopinettes...

    RépondreSupprimer